Probablement parce que nous avons baigné dans une culture française encore trop rigide, notre relation à la prise de parole est compliquée et culpabilisant. Pourtant, avec un peu d’effort, on y arrive très bien. Encore faut-il se l’autoriser et se donner les moyens. Suivez le guide…

 

Entrer en relation

Cet article n’a pas pour prétention de vous livrer toutes les clés d’une prise de parole réussie (voir pour ceci l’ebook gratuit Les 7 clés d’une prise de parole réussie) mais de mettre l’accent sur quelques éléments cruciaux pour changer votre approche de l’exercice. Très souvent, les gens se mettent la pression et qui dit « prise de parole » dit « exercice risqué ». Et toute une mémoire, liée à l’enfance, à notre passage sur l’estrade où il fallait réciter une poésie ou faire un exposé devant la classe ou le professeur resurgit dans notre esprit et notre corps. Nous perdons alors nos moyens… La prise de parole est une des facettes de l’art de communiquer. L’essence demeure la même. Étymologiquement, « communiquer » signifie « partager, entrer en relation avec ». Même dans une prise de parole, l’élément clé consiste à « entrer en relation avec ».

 

Les deux niveaux de relation

Quand nous communiquons, il existe toujours deux niveaux de communication. Notre passage sur les bancs de l’école nous laisse à penser que la communication verbale c.-à-d. le message, le rationnel, le logique l’emporte sur tout le reste. La réalité est plus complexe. Les mots échangés constituent un vecteur de communication. Mais, au-delà des mots, je dirais même en deçà des mots, notre nature humaine vibre, capte, enregistre, ressent et réagit. Notre cerveau, cet organe si puissant, se « branche » sur notre ou nos interlocuteurs cherchant à les deviner. Nos instincts écoutent et s’expriment et nous influencent dans notre rapport à l’autre. Cet échange plus « souterrain » conditionne et interprète ce que nous dit l’autre. Même dans une relation dite de business, les investisseurs choisissent de croire en un projet parce qu’ils croient d’abord en l’individu.

 

Soigner le démarrage

Ainsi, le secret d’une prise de parole réussie repose sur le fait que « l’autre » occupe toute sa place. Il ne s’agit pas d’arriver avec un discours et de le déverser uniformément quel que soit le public. L’important est d’aller à la rencontre de l’autre, de rechercher cette connexion « souterraine », de la désirer. C’est pourquoi il est important de soigner le démarrage pour éviter de partir en pilote automatique…et de laisser tout le monde à quai. Pour cela, il suffit de prendre un peu de temps avant de démarrer. Le temps de bien sentir cette relation avec le public et de la vivre et le temps aussi de se « rassembler » intérieurement pour pouvoir donner le meilleur de soi-même. Investir ainsi qualitativement ces quelques instants génère une vraie différence qui, dès lors, sera présente pendant la présentation. Parlez au public comme vous parleriez à des proches ou à des amis. Une prise de parole réussie relève moins du discours que de la conversation dans le ton et l’intention.

Isabelle Calkins.